top of page

Malgré la crise, le record d'embauches de cadres pourrait être battu cette année !




Malgré un contexte économique délicat, les intentions d'embauche de cadres sont encore bien orientées au quatrième trimestre, a indiqué ce lundi l'Apec. Le record de 2019 pourrait même être dépassé. Les entreprises ont toujours du mal à recruter. Les cadres sont de plus en plus exigeants sur le niveau de rémunération et le bien-être au travail.


Inflation, crise énergétique, risque de récession… malgré un contexte économique difficile, l'emploi des cadres reste « dynamique » en France au quatrième trimestre. C'est le principal enseignement du dernier baromètre de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), présenté ce lundi. L'enquête a été menée en septembre auprès de 2.000 cadres et 1.000 entreprises, avec un complément de données de l'Apec.


L'Association estime que 2022 devrait se solder par « 282.000 recrutements en CDI et CDD d'un an et plus », même si le bilan précis ne sera connu qu'au printemps prochain. Après un fléchissement en 2020 (228.700 recrutements), du fait notamment de la pandémie de Covid, puis un rebond en 2021 (269.100), la dynamique de recrutement en cours s'approche ainsi du niveau record de 2019 (281.300), voire « pourrait la dépasser », selon la directrice générale adjointe de l'Apec, Laetitia Niaudeau. Les intentions d'embauche rebondissent tout particulièrement en cette fin d'année dans les grandes structures et les PME et demeurent à peu près au même niveau dans les TPE.


Pas de « grande démission » chez les cadres


Pour 2023, l'Apec juge qu'il est trop tôt pour faire des prévisions. « Mais il est difficilement imaginable que le contexte économique actuel n'ait pas du tout d'impact dans les mois qui viennent. Quand et à quel niveau ? C'est difficile de le dire pour le moment », reconnaît la DGA de l'organisation.


Autre donnée intéressante : 54 % des cadres considèrent que changer d'entreprise est une « opportunité », 46 % « un risque » et 46 % étaient « en veille sur le marché de l'emploi », en septembre dernier. Un chiffre à corréler avec cette autre donnée : un tiers des cadres français (33 %) auraient été contactés ces trois derniers mois par un cabinet de recrutement. Au même moment en 2021, seulement 28 % l'ont été.


Des difficultés à recruter qui subsistent chez les entreprises


Si les entreprises ont bien l'intention de recruter des cadres, elles connaissent toutefois des difficultés pour y arriver . Une donne qui n'a pas changé tout au long de cette année. Ainsi, l'enquête indique que 84 % des entreprises jugent encore « difficile » le recrutement de cadres. En mars 2021, elles n'étaient que 58 %.


Pour l'Apec, « les raisons à ces problèmes de recrutement peuvent être éclairées par les attentes des cadres en poste vis-à-vis de leurs employeurs » : 66 % considèrent qu'ils doivent améliorer leur rémunération, 45 % favoriser leur bien-être au travail et 42 % améliorer l'équilibre vie professionnelle/vie privée. « Si la rémunération est toujours le premier critère d'attractivité pour un cadre en poste ou en recherche, le bien-être et l'équilibre pro-perso le sont de plus en plus. Les entreprises doivent s'adapter », prévient Laetitia Niaudeau.


Source : LesEchos

Comments


bottom of page